goulu

goulu, ue [ guly ] adj.
XVe; de l'a. fr. goule gueule
1Qui mange avec avidité. glouton, goinfre, vorace. Un animal goulu. Subst. Un goulu. Par ext. Regards goulus. avide.
Fam. Vieilli Femme à grande bouche. La Goulue, danseuse du Moulin-Rouge dont Toulouse-Lautrec fit le portrait.
2(1771) Pois goulus (ou gourmands),que l'on mange avec les cosses. ⇒ mange-tout.
3Carcajou. glouton.
⊗ CONTR. Frugal, sobre.

goulu, goulue adjectif et nom (ancien français goule, gueule) Qui se jette avidement sur la nourriture. ● goulu, goulue (synonymes) adjectif et nom (ancien français goule, gueule) Qui se jette avidement sur la nourriture.
Synonymes :
Contraires :
goulu, goulue adjectif Qui manifeste une grande avidité : Regards goulus.

goulu, ue
adj. (et n.)
d1./d Vorace, glouton. Un enfant goulu.
|| Subst. Un(e) goulu(e).
d2./d HORTIC Pois goulus ou gourmands, que l'on mange avec les cosses.

GOULU, -UE, adj.
A. — [En parlant d'un homme ou d'un animal, de sa manière de boire ou de manger] Qui mange ou boit avec avidité. Synon. glouton, goinfre, vorace. Des dîneurs goulus précipitaient leur fourchette sur les porcelaines sonores (HAMP, Marée, 1908, p. 70). Des femmes dont l'une allaitait une petite chose goulue (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 139).
Emploi subst. Derrière ces goulus [cent moines très joyeux] (...) Convers et marmitons, avec les maîtres queux (...) Comblaient les plats vidés, dégarnissaient les broches (LECONTE DE LISLE, Poèmes barb., 1878, p. 341) :
1. — Pourquoi est-ce qu'on t'a appelée La Goulue? lui demandai-je. — Ce que tu es bête, tu n'as pas compris? me répliqua la vieille grosse femme. C'est que j'étais mince comme un fil et que j'avais toujours faim quand j'étais môme, et cela faisait tellement rire les vieux messieurs avec qui je marchais pour bouffer et que je n'arrivais pas à me rassasier, qu'ils m'ont appelée La Goulue. Je n'arrêtais pas de boulotter.
CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 202.
Qui dénote de l'avidité. D'un grand coup goulu elle se met à boire (GIONO, Gd troupeau, 1931, p. 43).
Qui est impatient de manger :
2. Elle souffletait la chèvre, elle dispersait les poules à coups de pied, elle tapait de toute la force de ses poings sur le mufle de la vache. Mais les bêtes se secouaient, revenaient plus goulues, sautaient sur elle, l'envahissaient, arrachaient son tablier. Et clignant les yeux, elle murmurait à l'oreille d'Albine, comme si les bêtes avaient pu l'entendre : — Sont-elles drôles, ces amours! Attendez, vous allez les voir manger.
ZOLA, Faute Abbé Mouret, 1875, p. 1457.
B. — Au fig. [En parlant d'une personne] Qui est avide de quelque chose, qui désire immodérément quelque chose. Il possède une mémoire goulue, jamais comblée (ARNOUX, Crimes innoc., 1952, p. 19) :
3. J'épuisai la bibliothèque de Jacques; je m'abonnai à la « Maison des amis des livres » (...); j'étais si goulue que je ne me contentais pas des deux volumes auxquels j'avais droit : j'en enfouissais clandestinement plus d'une demi-douzaine dans ma serviette...
BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p. 186.
Goulu de. Avide de. J'ai travaillé pendant vingt ans pour l'argent; à présent je suis goulu de gloire, de considération, de renommée (A. DAUDET, Nabab, 1877, p. 82). C'est parmi les hommes goulus de succès le moins bas que je connaisse (DRIEU LA ROCH., Rêv. bourg., 1939, p. 344).
P. méton. Qui exprime l'avidité, le désir. Regards, yeux goulus; baisers goulus; lèvres goulues. Quand elle traverse le débit bondé, portant les verres, ils la guignent d'un air goulu et disent crûment leur goût (DORGELÈS, Croix bois, 1919, p. 108). Une jeune femme, au bord de la Garonne est accoutumée à cette gloutonnerie du regard, à cette attention goulue des hommes (MAURIAC, Génitrix, 1923, p. 337) :
4. Ç'avait été, dans la ténèbre épaisse, une étreinte rapide et goulue, la nudité de la Flora parcourue sans entraves, à grands glissements de mains appuyés, un attouchement brutal et qui avait laissé aux doigts de Raboliot la brûlure d'un persistant contact...
GENEVOIX, Raboliot, 1925, p. 246.
Prononc. et Orth. : [guly]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1507-08 (ELOY D'AMERVAL, Livre de la Deablerie, éd. Ch.-F. Ward, 192b). Dér. de goule, gueule; suff. -u. Fréq. abs. littér. : 77.

goulu, ue [guly] adj. et n.
ÉTYM. Av. 1493; de 2. goule.
1 Qui mange avec avidité. Glouton, goinfre, gourmand, vorace; vx briffaud, gouliafre, 2. safre; régional goulafre. || Il est très goulu. || Un homme très goulu (→ Esclave, cit. 16). || Le loup, le canard, le brochet, la perche (→ Avaler, cit. 7), animaux goulus.N. Un goulu, une goulue. Glouton, goinfre, bâfreur. || Regardez-moi ce gros goulu !
1 Le goulu se jette sur la nourriture, happe, gobe, dévore, s'assouvit, mange avec une sorte de fureur et en écartant les autres.
Lafaye, Dict. des synonymes, art. Gourmand, goulu…
2 (…) je lui ai dit que c'était une belle pomme rouge, et il a mordu dedans comme un goulu. Si vous aviez vu quelle grimace !
G. Sand, la Mare au diable, X.
(1662). Par ext. || Baisers goulus. || Regards goulus (→ Attention, cit. 28). Avide. || Amour goulu.
3 C'est que chacun n'a pas cette amitié goulue Qui n'en veut que pour soi.
Molière, l'École des femmes, II, 3.
Fig. || « Une mémoire goulue, jamais comblée » (A. Arnoux, in T. L. F.). || Être goulu de savoir, de connaissances.Avide. || Être goulu de succès, de réussite.
2 N. f. Pop. (Vx). Femme à grande bouche. || La Goulue, fameuse danseuse du Moulin-Rouge, dont Toulouse-Lautrec fit le portrait.
3 (1771). || Pois goulus (ou gourmands), dont on mange les cosses. Mange-tout.
4 (1845). Techn. || Tenailles goulues, ou, n. f. pl., goulues : tenailles à longues mâchoires.
CONTR. Frugal, sobre, tempérant.
DÉR. Goulûment.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • goulu — goulu …   Dictionnaire des rimes

  • goulu — goulu, ue (gou lu, lue) adj. 1°   Qui aime à manger, qui mange avec avidité. Le canard est un oiseau très goulu. •   Pourtant, si l on avait l art De m accommoder au lard Un bon plat de ces lentilles, Si petites, si gentilles, J aurais le tort qu …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • goulu — Goulu, [goul]ue. adj. Qui mange trop avidement. Cela est bien vilain d estre si goulu. animal goulu. oiseau goulu …   Dictionnaire de l'Académie française

  • goulu — Goulu, Vorax, Ingluuiosus, Gulosus, Usez des formules de Glout …   Thresor de la langue françoyse

  • GOULU — UE.. adj. Qui aime à manger, et qui mange d ordinaire avec avidité. C est un homme extrêmement goulu. Le loup est un animal goulu. Le canard est un oiseau très goulu.   Il s emploie aussi comme substantif. C est un goulu, un vilain goulu …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • GOULU, UE — adj. Qui aime à manger et qui mange d’ordinaire avec avidité. C’est un homme extrêmement goulu. Le loup est un animal goulu. Le canard est un oiseau très goulu Substantivement, Un goulu …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • goulu — an., ivrogne, goinfre, soulaud ; (en plus à Arvillard), vorace : GOLU / golyu, WÀ, WÈ (Aix, Albanais.001, Chambéry, BEA. / Arvillard), R. Gueule. A1) goulu, insatiable : borivan nm. (Albertville), fifro <fifre> nm. (001). E. : Glouton …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • goulu — Puits …   Le nouveau dictionnaire complet du jargon de l'argot

  • François Goulu — François Goullus Le baron François Goullus, général de brigade, né le 4 novembre 1758 à Lyon (Rhône), entra au service comme soldat le 28 octobre 1776 dans le régiment de la Couronne (45e d infanterie), et y fut successivement nommé caporal. le… …   Wikipédia en Français

  • goulue — ● goulu, goulue adjectif et nom (ancien français goule, gueule) Qui se jette avidement sur la nourriture. ● goulu, goulue (synonymes) adjectif et nom (ancien français goule, gueule) Qui se jette avidement sur la nourriture. Synonymes : glouton …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.